Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/safehtml.php on line 348

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 46

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 48

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 49

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 50

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 52

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 53

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 54

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 86

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 93

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 102

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 109

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 116

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 123

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 131

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 220

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 222

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /var/www/eurosblog/public/ecrire/lib/safehtml/classes/HTMLSax3.php on line 224
Citoyenneté nationale, citoyenneté européenne : une schizophrénie d’enfant gâté ? - L'Europe en bouteille Par Euros du Village
EUROSBLOGS
Ajouter un commentaire

Citoyenneté nationale, citoyenneté européenne : une schizophrénie d’enfant gâté ?



Jeudi 15 et Vendredi 16 octobre se tient à Bordeaux la deuxième édition des Entretiens de la liberté, avec comme thème cette année : « Le retour du politique ». Parmi les nombreuses conférences proposées, le sujet « citoyenneté nationale, citoyenneté européenne » a bien sûr particulièrement attiré notre attention !

Cette conférence, qui aura lieu dans les murs de l’IEP, ouvre en effet sur un vaste débat : celui de l’articulation d’une citoyenneté nationale, aujourd’hui présentée comme une évidence souvent centenaire, avec la citoyenneté européenne parfois jugée élitiste, superficielle ou encore embryonnaire.

L’Europe en bouteille a choisi pour l’occasion de s’interroger sur cette « citoyenneté à 27 », et de donner la parole aux étudiants à propos de leur ressenti européen...

Vue de l’extérieur...

« Parfois, pour s’interroger sur l’Union Européenne et quelques unes de ses « bizarreries », rien ne vaut mieux que de s’en éloigner un peu. Ainsi, mon séjour d’un an à Moscou dans le cadre de mes études a-t-il été pour moi l’opportunité d’observer un aspect particulier de la citoyenneté, russe pour l’occasion. En effet, il y a dans la Fédération de Russie une distinction entre citoyenneté (« Rossiiskii ») et nationalité (qui, elle, peut être russe, tatare, ingouche, yakoute etc.). Or, il est difficile pour nous Français, qui nommons les ressortissants de cette Fédération de manière globale avec un seul terme « Russe », d’y voir une distinction. Néanmoins, en Russie, c’est un élément important de l’identité des citoyens : leur nationalité est inscrite sur leur passeport et cela peut les renvoyer à leur histoire familiale ou encore leur origine géographique. Mais sans nul doute ces différences disparaissent-elles lorsque ces mêmes individus se déplacent à l’étranger et se définissent plus à travers leur citoyenneté que par leur appartenance nationale. Et lors de mon séjour en Russie, certes, j’étais Française, mais je me suis sentie aussi profondément Européenne, surtout lorsque j’ai visité la Finlande, par exemple, pays voisin et membre de l’UE. Il s’agissait pour moi d’un retour à des repères connus, malgré le fait que je n’avais jamais été en Finlande auparavant. Se sentirait-on donc plus Européen à l’extérieur des frontières de l’UE ? Oui certainement… Et serait-ce également une piste d’avenir pour la citoyenneté européenne ? Certes, elle n’est pour l’instant qu’une citoyenneté de superposition, liée à la citoyenneté des différents Etats membres. Mais dans un futur plus ou moins lointain, les citoyennetés allemande, française, espagnole etc. ne seront peut-être plus que de « simples nationalités », avec une citoyenneté européenne alors autonomisée et renforcée dans l’esprit (et le cœur) des Européens… »

Victoria Leroy

« Aujourd’hui, les hommes, les capitaux, les marchandises, les idées ou les informations circulent de plus en plus en Europe. Et pourtant, pour beaucoup d’entre nous, la citoyenneté européenne reste une notion floue et lointaine contrairement à la notion de citoyenneté nationale. Il nous est presque impossible de définir clairement cette notion. Durant mon semestre d’échange à l’université de Hong Kong, immergée dans la culture chinoise, j’ai été confrontée à cette question, à savoir comment je me définissais positivement en tant que citoyen européen ? Il est facile de se décrire de façon négative car on sait qu’on est ni Chinois, ni Américain, etc. Mais, comment se qualifier positivement comme citoyen européen ? Qu’est ce qui nous caractérise réellement ? Quelles sont les spécificités de la citoyenneté européenne ? Au-delà de la citoyenneté, je pense que cela touche à des valeurs communes, à l’identité européenne ».

Angélique Telhouarne

« La citoyenneté… fait d’être citoyen et donc de jouir de droits et de devoirs civiques… Cette notion n’est pas toujours très précise dans notre vie quotidienne, encore moins lorsqu’il s’agit d’Europe. Nous ne prenons même pas spécialement le temps de nous y intéresser (avec un taux d’abstention de plus de 50% lors des dernières élections, bien peu de nos concitoyens peuvent prétendre le contraire)… Pourtant quand on prend le temps d’en discuter en dehors de nos frontières on s’aperçoit de la grande sympathie des différents peuples envers notre projet. Dans les pays que j’ai eu la chance de traverser (que ce soit en Amérique Latine, au Maghreb ou en Chine), bien que celui-ci soit au moins aussi méconnu que par nos concitoyens, j’ai pu constater cette tendance. Cet engouement touche aussi bien notre économie et ses retombées (forcément quand on est dans un pays où les conditions de vie sont difficiles me direz vous) que la paix et la sécurité dont nous jouissons ainsi que nos multiples possibilités d’expressions. Je ne sais pas si ces personnes rencontrées se déplaceraient pour aller voter si elles étaient à notre place ou même si elles connaitraient un peu plus le fonctionnement de l’Union. Toujours est-il que nous devrions pleinement prendre conscience de ce que nous apporte cette citoyenneté pour que l’Europe ne se construise pas sans nous, détachée de nos besoins et envies ».

Gauthier Coponat

Un privilège original...

« La citoyenneté européenne est pour moi un rêve avant d’être un mythe. Elle fait partie des aboutissements de la construction communautaire qui mérite d’être davantage approfondie. D’un type nouveau et résolument original, elle est à l’image du projet qui la construit. Les privilèges que la citoyenneté européenne accorde aux ressortissants des Etats-membres, qui en sont tous titulaires, sont injustement sous-estimés. En effet, bien plus qu’un droit de vote et d’éligibilité aux élections européennes ou que la possibilité de s’adresser au Médiateur européen, c’est peut être la liberté de circulation qu’elle consacre qui nous concerne tous en premier lieu. Nous jouissons du privilège européen lorsque nous partons étudier dans le cadre du programme Erasmus, que nous passons un week-end en Espagne, que nous effectuons un stage à Bruxelles… et ce en toute liberté, sans traverser de frontières, grâce à notre passeport estampillé « Union européenne ». Au-delà des droits qu’elle confère, la citoyenneté européenne est l’une des traductions, non pas d’une fusion qui n’a pas lieu d’être, mais de l’union des peuples européens. Voyager sans rencontrer de barrières, payer dans une monnaie unique, découvrir les cultures européennes chaque fois qu’on le désire sont les premiers (et plus simples) arguments qui incitent à être fiers de notre citoyenneté européenne d’une part, à la revendiquer d’autre part. »

Victoire Defos du Rau

« Pour moi, la citoyenneté européenne signifie avant tout la liberté. La liberté, sans restriction aucune, de voyager et de séjourner, de travailler et d’étudier, de traverser et de s’établir, bref de vivre dans n’importe lequel des Etats membres. Cela ouvre donc des perspectives considérables de mobilité, du Portugal à la Finlande, de l’Irlande à l’île de Chypre. Cette possibilité accrue de mobilité qu’offre la citoyenneté européenne doit être vue comme une chance pour tous de découvrir la diversité culturelle européenne ».

Sébastien Douard

"La citoyenneté européenne est une véritable chance. Elle favorise les rapprochements entre les peuples européens, les échanges culturels, ne serait-ce qu’avec la garantie du droit de libre-circulation ; elle permet également de rapprocher cette Europe, qui peut paraître si distante, des citoyens. Elle a été réellement pensée comme un outil d’intégration et de garantie des droits fondamentaux des résidents européens, mais cette dimension est malheureusement méconnue de la plupart des citoyens. Il est bien triste de devoir constater que cette citoyenneté n’est pas adoptée par les gens. « La citoyenneté européenne, pour quoi faire ? », « Je ne me reconnais pas vraiment dans cette Europe, pourquoi irais-je voter ? », « Je me sens plus français(e)/espagnol(e)/etc. qu’européen » : voilà des phrases que l’on entend beaucoup (trop ?). Difficultés à se considérer européen, primauté de la citoyenneté nationale, semblent être les plus gros obstacles à franchir. La question qui peut donc se poser, c’est comment faire pour que les individus réussissent à s’approprier cette identité plus vaste, aussi bien culturelle et historique que politique, et à se sentir membres à part entière d’un ensemble à l’avenir commun."

Chine Venturi

« La citoyenneté européenne : un terme qui demeure bien vague à l’esprit de beaucoup d’entre nous. Lorsque l’on pense que certains se sentent avant tout citoyens de leur entité locale (telle que leur région), on imagine difficilement qu’ils puissent se définir comme citoyen de l’Union européenne. Et pourtant, ces appartenances ne sont en rien contradictoires ! Quelle opportunité, quelle richesse que de pouvoir voyager dans 27 Etats sans contraintes, que de partager ce trait commun : notre citoyenneté européenne ! C’est précisément cette double appartenance qui doit être un levier : l’enrichissement culturel, le partage de valeurs, l’accès à des droits politiques réels, la participation au sein d’une instance civique « différente » sont à la clef. Les différences ne constituent pas un obstacle, au contraire, elles doivent être gage de complémentarité. Finalement, entre citoyenneté nationale et européenne, il y addition, juxtaposition mais en aucun cas soustraction… Ce qui compte est l’envie d’agir, ensemble, pour construire un avenir commun. »

Coraline Moro

Une citoyenneté à construire...

« Après le « Oui Irlandais » de ce 2 Octobre 2009, le « Oui Polonais » qui s’en est suivi et l’éternel « Oui Tchèque » qui se fait attendre…A quand le futur « Oui européen » affirmé haut et fort ?! La citoyenneté européenne doit être celle de demain, celle qui nous unit au-delà de nos frontières et nous permet d’être acteurs d’un projet commun. Entre citoyenneté nationale et citoyenneté européenne, l’un n’empêche pas l’autre dès lors que l’on agit ! »

Amandine Rouveyrol

« La citoyenneté européenne permet incontestablement de jouir de droits importants : élire ses représentants au Parlement européen, pouvoir voyager, étudier, travailler partout en Europe, bénéficier de l’intervention du Médiateur européen… Le citoyen européen fait bel et bien partie de cette communauté de droit : il est étroitement associé aux institutions de l’Union européenne, et leur confère un caractère démocratique. En ce sens, la citoyenneté constitue un progrès considérable de la construction européenne. Elle est l’étape indispensable dans la construction d’une véritable union politique. Cependant, peu de gens ont conscience de cela, tout simplement parce qu’ils ne se sentent pas concernés par les questions européennes. Et les politiques ne font pas avancer les choses : il suffit de regarder les campagnes pour les élections européennes ! Ce qui devrait être un moment de débat européen est trop souvent dominé par des enjeux purement nationaux. C’est l’éternel cercle vicieux : l’Europe mobilise peu, alors on n’en parle pas, mais dans ce cas elle ne risque pas d’intéresser plus… La citoyenneté n’a de sens que si ceux qui en jouissent sont conscients de leurs droits et les font valoir. On en est encore (assez) loin. »

Magali Pagès

« La citoyenneté européenne s’est surtout construite jusqu’ici de façon négative (peut-être est-ce la clé de son échec). Je crois que les seuls éléments de culture commune que l’Europe met en valeur sont des identités qui se définissent en opposition à un Autre qui n’est pas l’Europe. Peu de gens aujourd’hui se sentent réellement citoyens européens (à voir le taux de participation aux élections des eurodéputés, pourtant grande étape de la démocratisation de l’Union, même de loin plus importante que la création sur le papier d’une citoyenneté européenne). Une citoyenneté écrite ne suffit pas. La citoyenneté se vit et pour que les Européens se sentent citoyens de cet espace auxquels ils appartiennent, il faut qu’ils ressentent une identité commune. Où est cette base commune à toutes les nations européennes : l’histoire ? La religion ? La culture ? Les langues ? La monnaie ? Pour moi rien de tout cela n’importe vraiment. Ce qui compte c’est de sentir au fond de soi qu’on a envie d’être tous ensemble pour se construire un avenir commun. La citoyenneté est le futur de l’Union européenne. »

Cécile Speich

« La citoyenneté européenne, c’est avant tout s’approprier un idéal de paix et de coopération. Plus que les grands concepts des élites, c’est une appartenance à une communauté multiculturelle, une ouverture d’esprit qu’il faut inculquer chez chacun dès le plus jeune âge. C’est pour cela que pour moi, l’éducation et la culture sont les deux piliers de la formation d’une citoyenneté européenne dans les esprits, d’où l’importance des expériences à l’étranger le plus tôt possible ; pour que l’identité de chacun se construise en y intégrant une dimension européenne. Ainsi je ne louerai jamais assez l’existence d’agences supranationales comme Socrates pour m’avoir permis de faire une année Erasmus. Plus que la découverte de nouveaux pays, ce genre d’expérience fait réaliser à chaque membre de l’Union qu’il existe un patchwork patrimonial extrêmement riche, que les partenariats possibles sont incommensurables et les perspectives d’avenir pour les citoyens européens plus excitantes que jamais. »

Alexia Samuel



Aucun commentaire
ds Ajouter un commentaire

Auteurs

Pazanne Dupont
Victoria Leroy
Etudiante en 5ème année à Sciences Po Bordeaux, en Master 2 "Carrières Européennes", Victoria Leroy a effectué son année de mobilité en Russie, à Moscou, pendant un an, afin de dépasser les cadres (...)
Angélique Talhouarne
Gauthier Coponat
Gauthier Coponat a effectué sa première partie de master dans une école de Commerce et de Développement. Cette expérience, couplée à des stages longs en Amérique Latine et des projets associatifs en (...)
Victoire Defos du Rau
Originaire des Landes, Victoire Defos du Rau a obtenu son diplôme de Sciences Po Bordeaux en 2010. Son année Erasmus à l’Université de Salamanque, en Espagne, a éveillé son goût de la culture (...)
Amandine Rouveyrol
Amandine ROUVEYROL est étudiante en 5ème année à l’IEP de Bordeaux, en Master 2 « Carrières Européennes ». Après une année d’études à Bucarest en Roumanie, et de nombreux voyages dans la région, elle a pris (...)
Cécile Speich
Agée de 22 ans, Cécile Speich est étudiante en 5ème année à Sciences Po Bordeaux, en Master 2 « carrières européennes ». Elle a étudié un an à l’université de Maastricht, haut lieu symbolique de (...)
Sébastien Douard
Sébastien Douard est actuellement en première année de Master « Carrière européenne » à Sciences po Bordeaux. C’est lors d’une année Erasmus à l’Université Carlos III de Madrid qu’il a développé un intérêt (...)
Magali Pagès
Magali est en 5ème année à Sciences Po Bordeaux et en Master 2 Carrières Européennes (option Institutions Publiques). Originaire des Landes, elle connaît bien l’Aquitaine et apprécie l’esprit de cette (...)
Coraline Moro
Coraline a 22 ans et est actuellement en 5ème année à L’IEP de Bordeaux en master « Carrières européennes ». Elle s’est intéressée très tôt à la question européenne lors de ses années en classe européenne (...)
Alexia Samuel
Alexia SAMUEL vient de Charente Maritime et a intégré le master « Carrière européennes » de Sciences Po Bordeaux. Elle porte un intérêt particulier à l’éducation et la culture à l’échelon européen depuis (...)
Chine Venturi
Chine Venturi est étudiante en 4ème année à Sciences Po Bordeaux, en Master 1 « Carrières Européennes ». Nourrissant un intérêt de longue date pour les problématiques européennes, son année d’Erasmus à (...)




Derniers commentaires

Du rire au scandale : « Entropa », une exposition qui fait grincer des dents à Bruxelles
, le 29 mars 2011

Oui c’est sûr que c’est un peu le bazar dans tous les pays en ce moment et ce n’est pas fini !

casino en ligne


Equipe




© Groupe Euros du Village 2010 | Mentions légales | Site réalisé avec SPIP | Réalisation technique et design : Media Animation & Euros du Village France